She said

Film d’enquête américain (2022) de Maria Schrader avec Carey Mulligan, Zoe Kazan, Patricia Clarkson, Andre Breugher, Samantha Morton, Jennifer Ehle et Ashley Judd – 2h08

Journalistes pour le New York Times, Megan Twohey et Jodi Kantor écrivent l’article qui fera tomber le puissant Harvey Weinstein…

Véritable cataclysme au sein de l’industrie Hollywoodienne, l’affaire Weinstein se devait d’être traitée par la fabrique d’images elle-même et nous voilà donc avec le produit parfaitement calibré pour la saison des Oscars. Marchant ainsi sur les traces de Spotlight, She said nous propose donc de suivre les deux journalistes qui ont écrit l’article par lequel tout a fini par vraiment exploser. Outre le fait de garder le monstre Weinstein à l’écart de l’image, à l’instar d’un Trump, ne gardant que sa voix et une apparition de dos qui suffisent à faire peser son poids de façon glaçante dans le film, cette approche permet surtout de mettre en lumière les femmes qui ont fait chuter ce terrible colosse à la braguette d’argile, les journalistes Megan Twohey et Jodi Kantor, respectivement incarnées par Carey Mulligan et Zoe Kazan, mais aussi, dans son propre rôle, l’actrice Ashley Judd.

Néanmoins, cette approche journaliste pose également quelques problèmes. D’une part, malgré sa rigueur conduite sur plus de deux longues heures (« Two fucking hours » lâche même Mulligan dans le film !), force est de constater que She said ne nous apprendra pas grand chose d’une affaire déjà largement traitée dans les médias. De l’autre, si on a pu dire que le film passait après Spotlight, c’est surtout que sa référence première reste évidemment Les Hommes du président. S’il est difficile de faire l’impasse sur l’écrasante influence du classique du cinéma d’investigation, le film accuse la comparaison avec Pentagone Papers, préquel assumé via lequel Spielberg en profitait pour faire dialoguer avec maestria sa propre mise en scène avec celle d’Alan J.Pakula. Si She said ne manque pas d’arguments esthétiques, de son intro coloniale à quelques magnifiques compositions urbaines dans une photo toujours très léchée, il n’empêche qu’il semble quelque peu s’ankyloser à suivre peu ou proue à la lettre la leçon de Pakula. On retrouve ainsi, dans les poses tout en coolitude de Carey Mulligan et le judaïsme affirmé de Zoe Kazan, le duo incarné par Robert Redford et Dustin Hoffman tandis que Patricia Clarkson incarne la sagesse et le flegme de Jason Robards. Et forcément, le classique ayant été quelque peu sali par un fameux détournement, on pensera aussi, au gré des travelling dans la rédaction, à la méga-chiasse de Péter… »Ca doit être les burgers ! ». En tout cas, si le modèle de Pakula brille toujours pas son efficacité, on est aussi en droit de se demander si cette affaire, se déroulant dans le monde même du cinéma et qui a explosé à l’heure des #, n’aurait pas gagné à être traitée de façon encore plus (post)moderne plutôt que de principalement féminiser un film qui fête bientôt ses cinquante ans… Alors que pendant ce temps, Harvey, il se l’est donnée grave !

Après les Hommes du président, les femmes du producteur… Après, qu’il y soit question de « gorge profonde »…

Malgré ce parti esthétique dont on vous laissera juge de la paresse, le tout étant quelque peu plombé par une musique un brin lourdingue et des flashbacks timorés, cette œuvre expiatoire hollywoodienne reste de très bonne facture, servie par un casting aussi investi que ses personnages, de ses journalistes héroïnes du quotidien à ses victimes, brisées mais courageuses, dont on retiendra devant toutes la toujours excellente Samantha Morton. Aussi, son caractère fastidieux rend finalement pleinement compte de toute la complexité de libérer la parole tandis que son austérité témoigne de la difficulté d’en livrer une représentation diffusable en prime-time. Pour ce qui est de Weinstein au cinéma, il faut dire qu’on attend davantage un tout autre projet, à priori moins calibré pour les cérémonies : le retour du boule bondissant de Tom Cruise dans le futal XXL de Les Grossman…

CLÉMENT MARIE

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s